S'identifier

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur le site. Merci de cliquer sur "OK" pour donner votre accord.
Vous pouvez changer d'avis en modifiant les paramètres de sécurité de votre navigateur. Pour davantage de détails, consulter ici notre Politique de confidentialité.

OK



DAAC INFO

Revue culturelle

DAAC

La sélection web scientifique indispensable

par Sylvie Babin

CANOPÉ Lyon

Éducation aux médias et à l’information

Ouverture d'un espace CANOPÉ

DAAC

Tous prêts pour la dictée - 3ème édition

Inscription des classes de 3ème

DAAC

Atelier Super 8 au lycée Jacob Holtzer de Firminy

Bilan d'étape sous forme de Calaméo

DAAC

Isabelle VAUGLIN est la première lauréate pour la Région AURA de la médaille de l'égalité

"Quand une femme rallume les étoiles"

Quais du polar

Concours de nouvelles Jeunesse de Quais du Polar

Avec le Musée Gadagne et l’auteur Pascal Prévot - Participation avant le 03 mai 2021

Quais du polar

Rencontre avec Marine Carteron

Pour les classes de collège

Quais du polar

Rencontre avec Jean-Christophe Tixier

Pour les classes de lycée

DAAC

SORTIE SCOLAIRE A AMBIERLE JUIN 2021

Hommage à Alice Taverne et quelques autres culottées

DAAC

Retour sur « École Ouverte » au Collège Paul-Emile Victor avec la compagnie Kadia Faraux

8 et 9 février 2021

Maison d'Izieu - Mémorial des enfants juifs assassinés

La commémoration du 6 avril 2021

Appel à témoignages et collecte d’archives familiales, associatives, et municipales

Ensemble Orchestral Contemporain

Le temps d'une partie

Blind-test en ligne

Musée des Tissus et des Arts Décoratifs

Art, mode et subversion - La collection Lee Price au musée des tissus

Regards croisés entre les collections du musée des tissus et les créations de Mme Vivienne Westwood

Opéra de Lyon

Maîtrise de l'Opéra de Lyon - Ouverture des inscriptions pour la rentrée 2021

inscriptions jusqu'au 1er avril 2021

Ensemble Orchestral Contemporain

Clés d'écoute

Cinq pièces pour orchestre d'Arnold Schoenberg

CCSTI du Rhône - Université de Lyon

Pop'Sciences "ÉNERGIE, UNE TRANSITION À PETITS PAS »

à partir du 8 mars dans tous les établissements du Rhône

DAAC

Remise du prix Hélène Linossier

ENSBA - Fondation Renaud

JM France Rhône-Alpes (RHONE)

Les JM France prolongent "Mes vacances musicales"

Vacances de Pâques

RIZE

INSTRUMENTS VOYAGEURS, LE MONDE SONNE À NOS PORTES

Exposition du 5 novembre 2020 au 25 septembre 2021

DAAC

Festival du court métrage en Bugey

Inscriptions avant le 30 avril

Musée de la Résistance et de la Déporation de l'Ain

Sur les sentiers avec le Musée de la Résistance

Faire découvrir l’histoire de l’Ain durant la Seconde Guerre mondiale

Musée de la Résistance et de la Déporation de l'Ain

Le musée de la Résistance vous accompagne pendant la crise sanitaire

3 expositions à emprunter

Monastère royal de Brou

Exposition « Suzanne Valadon et ses contemporaines » - monastère royal de Brou

du 13 mars au 27 juin 2021

DAAC

Webinaire "Comment parler d'inclusivité et de soutenabilité dans nos musées"

Invitation - Jeudi 4 février à 16h

Mis à jour le 16/03/21

La commémoration du 6 avril 2021

Appel à témoignages et collecte d’archives familiales, associatives, et municipales



 

70 route de Lambraz
01300 IZIEU
Direction : Dominique VIDAUD

Documentation - Communication
Séverine FRAYSSE
Pédagogie
Alexandre NUGUES-BOURCHAT
Prof relais
BESSET Gregory

04.79.87.21.05
Le 7 avril 1946 avait lieu à Izieu et à Brégnier-Cordon la première commémoration de la rafle du 6 avril 1944

Le 7 avril 1946 avait lieu à Izieu et à Brégnier-Cordon la première commémoration de la rafle du 6 avril 1944, organisée à l’initiative de Sabine Zlatin, la fondatrice de la colonie, et en présence de Laurent Casanova ministre des anciens combattants et des victimes de la guerre, des quatre députés de l’Ain, du préfet et des trois sous-préfets du département, du Révérend père Chaillet, président du Comité des œuvres sociales des organisations de la résistance (COSOR) et au moins 3000 personnes.

Cette commémoration, dont l’ampleur a longtemps été minimisée, est l’occasion cette année pour la Maison des enfants d’Izieu, de revenir sur la construction de la mémoire de la rafle et d’une manière plus générale de la Shoah en France, en mettant en lumière les relations que la colonie d’Izieu entretenait avec ses voisins, aussi bien pendant, qu’après l’existence de celle-ci.

Rappelons tout d’abord ici les faits. Fondée en mai 1943 par les époux Zlatin la Maison d’Izieu accueillit 105 enfants juifs jusqu’à la rafle du 6 avril 1944 ordonnée par Klaus Barbie, chef de la Gestapo de Lyon. Les 44 enfants présents ce jour-là, ainsi que les 6 adultes qui les encadraient, furent tous (à l’exception de Léa Feldblum) exterminés par les nazis à Auschwitz-Birkenau et Tallinn.

La suite est connue. Récupérée par ses propriétaires, la Maison et son histoire tombent dans l’oubli jusqu’à l’arrestation et le procès (en 1987) de Barbie. L’éveil de la mémoire, dû au retentissement de la condamnation à vie de celui qu’on surnommait le « boucher de Lyon », entraîne une souscription publique et l’ouverture d’un Mémorial, inauguré en avril 1994 par le président François Mitterrand.

Ce prétendu oubli de la mémoire des enfants d’Izieu après le 6 avril 1944 doit cependant être révisée au vu des études récentes. Elle avait en effet comme corollaire un présupposé longtemps ancré dans les esprits : la colonie et ses occupants auraient été vus d’un mauvais œil par leurs voisins, voire même auraient été dénoncés par l’un (ou plusieurs ?) d’entre eux, dénonciation menant à la rafle du 6 avril.

Cette légende a longtemps constitué une antienne reprise à la fois par certains pseudo-historiens que leurs « enquêtes » auraient conduit aux « coupables » (Sabine Zlatin elle-même était d’ailleurs persuadée que Lucien Bourdon avait servi d’indicateurs aux nazis) et par les visiteurs de la Maison (« mais alors qui a dénoncé les enfants ? » étant sûrement une des questions les plus souvent entendues par les médiateurs des lieux). Pourtant les travaux récents, qui battent en brèche cette vision de l’histoire, ont démontré que selon toute vraisemblance, non seulement la colonie n’a jamais été dénoncée par ses voisins, mais que bien au contraire, elle a entretenu avec eux des relations privilégiées et des liens forts (voir à ce sujet le magnifique travail mené par l’ensemble des équipes de la Maison d’Izieu dans l’ouvrage « Ici, vous serez tranquilles »).

Cette relation entre la colonie et ses voisins est confirmée par la commémoration du 7 avril 1946, qui, loin d’être un signe d’un oubli de la mémoire de la Shoah et du sort des enfants d’Izieu, prouve au contraire son ancrage local et national dès la fin de la guerre, lequel a assimilé la souffrance du peuple juif à celle de la Résistance (symbolisé d’ailleurs par la présence d’un détachement de 60 tirailleurs marocains du 5è RTM ce fameux 7 avril) et de la nation tout entière (voir à ce propos les travaux de François Azouvi dans « Le mythe du grand silence »).

Le 7 avril 1946 sont érigés : à Izieu la plaque conçue comme le lieu de deuil, et à Brégnier-Cordon la stèle du souvenir. Dans les deux cas se nouent étroitement les liens entre les enfants, les voisins et la nation française (comme le prouve le déplacement d’un ministre et du préfet de l’Ain) sans nier leur judéité (la stèle faisant apparaître très visiblement l’étoile de David derrière le visage de deux enfants) alors même, et ceci nous semble encore plus fort aujourd’hui, que la plupart de ces enfants étaient des juifs étrangers.

Les recherches actuelles menées par la Maison d’Izieu, à partir d’un corpus documentaire et d’archives récemment redécouverts, permettent de tordre le cou à la vieille légende d’une colonie repliée sur elle-même, coupée du monde et de son environnement local. La liste des souscripteurs ayant permis l’érection de la stèle et de la plaque démontre en effet l’implication des donateurs locaux et régionaux (635 personnes originaires de l’Ain et des dizaines d’associations, entreprises et municipalités) de même que la présence de milliers de personnes lors de la commémoration du 7 avril (la journée ayant même été filmée actualités cinématographiques Pathé).

Aujourd’hui donc, c’est cet ancrage territorial que la Maison d’Izieu veut réactiver et valoriser par un appel à témoignages et une collecte d’archives familiales, associatives, et municipales. Des documents qui permettront de préparer la commémoration du 6 avril 2021 et la prolongeront en servant à créer une exposition itinérante afin de mettre en lumière la générosité de la population locale de tout un territoire, et plus encore, son absence totale d’indifférence au sort des enfants d’Izieu et de leurs éducateurs.


Merci à Dominique Vidaud, directeur et à l’ensemble des équipes de la Maison d’Izieu

pour école de la confiance