S'identifier

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur le site. Merci de cliquer sur "OK" pour donner votre accord.
Vous pouvez changer d'avis en modifiant les paramètres de sécurité de votre navigateur. Pour davantage de détails, consulter ici notre Politique de confidentialité.

OK



Retour à la liste

2019-2020

Super 8 buzze contre le sexisme

Lycée Jacob Holtzer - Firminy (42)

15 élèves ( de la seconde à la terminale)



super8 sexisme 1
super8 sexisme 1

super8 sexisme 6
super8 sexisme 6

super8 sexisme 2
super8 sexisme 2

super8 sexisme 3
super8 sexisme 3

super8 sexisme 4
super8 sexisme 4

super8 sexisme 5
super8 sexisme 5

super8 sexisme 7
super8 sexisme 7

Coordonnateur
Sandrine Charavy
Louis Brun





Description du projet

Dans le cadre de la lutte pour l'égalité des sexes et contre les violences faites aux femmes, les élèves de Super 8 ont dû réaliser un court métrage de quelques minutes que vous découvrir ci-dessous. Ils ont remporté tous les suffrages grâce au film d’animation intitulé « Si j’avais su, je serais pas venu.E ». Ils évoquent, par le biais de diverses scénettes, les manifestations et les origines du sexisme ordinaire. Le projet, subventionné par la DAAC, a mobilisé les élèves sur l’ensemble de l’année scolaire ; en effet, dès le mois de novembre, les élèves de Super 8 ont pu rencontrer à la maison de la culture de Firminy, la metteuse scène Béatrice Bompas à l’occasion de sa résidence consacrée à l’adaptation de la pièce d’Alice Birch , Révolte. Cet échange, préparé en amont, a permis de mieux appréhender les manifestations du sexisme ordinaire.



Le travail s’est poursuivi sous la direction de Fred Philibert (association Vive l’anim’). Après avoir discuté et échangé, les élèves ont réfléchi à la transposition cinématographique du message à transmettre. Ils ont donc imaginé des histoires, les ont scénarisées et storyboardées. Par la suite, les élèves ont laissé exprimer leurs talents créatifs en construisant les personnages du film ; ils ont également écrit les dialogues et la voix off ! Le travail s’est achevé avec l’enregistrement des voix et le tournage des images. Le montage a, par la suite, été réalisé par Fred Philibert.

La remise des prix a eu lieu le mercredi 10 juin en ligne. Lors de cette cérémonie, le jury a souligné la forme et le fond du travail réalisé par les élèves le qualifiant même de « film parfait » qui pourra être réutilisé dans de nombreuses structures. Selon le jury, ce court-métrage dénonce, tout en sobriété, un sexisme ordinaire auquel nous sommes tellement habitués qu’il est difficile à déceler ; il permet de comprendre pourquoi, parfois, certaines situations tragiques peuvent émerger.
De nombreux élèves de Super 8 étaient présents en ligne pour assister à cette remise des prix en distanciel. Prenant la parole, au nom de ses camarades, Cassandre a décrit les différentes étapes du projet tout en insistant que la plus belle des victoires était la sensibilisation du public sur ces questions de sexisme.

Retours d'expériences : le regard des élèves



Rita (classe de seconde) : « ce projet a été très instructif. En effet, ce fut un plaisir de découvrir des méthodes nouvelles nous permettant de traiter un sujet aussi archaïque que le sexisme ! J'ai adoré modeler le corps de nos personnages au gré de notre imagination et les faire se mouvoir à l'aide d'une technologie qui m'était inconnue. J'avoue avoir été particulièrement étonnée par la version finale de notre projet ! Ce fut une très bonne expérience. »



Maxence (classe de seconde) : « produire le court métrage était en effet très intéressant, cela nous a permis d'apprendre des techniques pour réaliser ce type de projet, la création, la prise des photos. L'enregistrement des voix était un peu plus drôle étant donné que ce n'est pas forcément facile. En résumé ce projet m'a bien plu et c'était une très bonne expérience !! »



Pauline (classe de seconde) : « faire le film était très intéressant et nous a permis d'apprendre de nouvelles choses, perso j'ai bien aimé. »



Gabriel (classe de seconde) : « l'expérience m'a beaucoup plus. Ça a été amusant de créer nos personnages en pâte à modeler. On n'aurait pas cru obtenir un aussi beau résultat avec nos personnages de départ. Enregistrer nos voix a été très amusant surtout avec notre manque de sérieux. L'animation en elle-même a elle été assez fastidieuse mais intéressante, de faire bouger chaque personnage et de leur donner une allure plutôt réaliste, mais le résultat en vaut le coup. De l'écriture des scènes à l'animation en passant par la création des personnages et l'enregistrement des voix ce projet a vraiment été une belle expérience. »



Bastien (classe de première) : « pour ma part, ce que j'ai aimé c'est la façon dont on a réalisé le projet, le fait de voir la technique utilisée et de l'appliquer. J'ai également beaucoup apprécié le fait de créer une œuvre. Au début le projet est parti de nos têtes puis nous l’avons entièrement monté et on peut voir l'idée finale de manière visuelle. Je ne pensais pas cela si difficile, juste pour un court temps, nous avons dû prendre de nombreuses images de nos personnages en pâte à modeler, certaines seulement pour les faire cligner des yeux ou bien même pour les faire bouger un minimum. L’enregistrement des voix m'a bien plus, ce fut très drôle et nous y sommes arrivés malgré notre incapacité à rester sérieux. Ce fut une très bonne et enrichissante expérience que de réaliser ce projet. »



Ysia (classe de première) : « c'était chouette de travailler avec de la pâte à modeler et d'arriver à un résultat qui rende aussi bien. Et découvrir comment faire vivre tous ces personnages autour des thèmes aussi importants que le sexisme et l'égalité hommes/femmes étaient très intéressant !! »



Manon (classe de terminale) : « réaliser ce projet a été très enrichissant et je suis contente d'y avoir participé. En effet, cela m'a permis de découvrir une nouvelle méthode pour réaliser un court-métrage. La confection des personnages en pâte à modeler a permis à notre imagination de s'exprimer librement. De plus, le mécanisme d'animation des personnages était très intéressant. En outre, l'enregistrement des voix a été un moment assez drôle notamment lors des bruitages. Enfin, grâce à ce projet nous avons pu aborder un thème important tel que le sexisme. J'ai été agréablement surprise par le rendu. »



Cassandre (classe de terminale) : « J’ai trouvé ce projet très enrichissant. Cela nous a permis de parler d’un sujet qui n’est que très peu abordé dans les conversations de tous les jours ou même en cours. Pourtant le sexisme est présent de partout et en discutant tous ensemble on s’en est encore plus rendu compte. L’animation est à mon sens un très bon moyen pour faire passer le message. De plus travailler l’animation de cette manière n’est pas quelque chose que l’on fait tous les jours. Je ne m’attendais pas du tout à un résultat qui rende si bien.
L’expérience super 8 a vraiment été géniale. J’aurais bien aimé continuer mais je m’envole vers de nouvelles aventures. Je continuerai à vous suivre sur les réseaux sociaux. Merci pour tout. »



Objectifs

- se documenter sur une pièce de théâtre, l'auteure et la metteuse en scène.
- écrire une interview en lien avec le projet, afin d'avoir des éléments de réflexion sur le sexisme
- se sensibiliser au problème qu'est le sexisme
- rédiger un scénario, concevoir un story-board et écrire les voix.
- travailler sur les intonations des personnages du court métrage
- réaliser les personnages en pâte à modeler
- travailler en équipe, faire des choix et les défendre.



Organisation

Le projet, subventionné par la DAAC, a mobilisé les élèves sur l’ensemble de l’année scolaire ; en effet, dès le mois de novembre, les élèves de Super 8 ont pu rencontrer à la maison de la culture de Firminy, la metteuse scène Béatrice Bompas à l’occasion de sa résidence consacrée à l’adaptation de la pièce d’Alice Birch , Révolte. Cet échange, préparé en amont, a permis de mieux appréhender les manifestations du sexisme ordinaire.



Le travail s’est poursuivi sous la direction de Fred Philibert (association Vive l’anim’). Après avoir discuté et échangé, les élèves ont réfléchi à la transposition cinématographique du message à transmettre. Ils ont donc imaginé des histoires, les ont scénarisées et storyboardées. Par la suite, les élèves ont laissé exprimer leurs talents créatifs en construisant les personnages du film ; ils ont également écrit les dialogues et la voix off ! Le travail s’est achevé avec l’enregistrement des voix et le tournage des images. Le montage a, par la suite, été réalisé par Fred Philibert.

La remise des prix a eu lieu le mercredi 10 juin en ligne. Lors de cette cérémonie, le jury a souligné la forme et le fond du travail réalisé par les élèves le qualifiant même de « film parfait » qui pourra être réutilisé dans de nombreuses structures. Selon le jury, ce court-métrage dénonce, tout en sobriété, un sexisme ordinaire auquel nous sommes tellement habitués qu’il est difficile à déceler ; il permet de comprendre pourquoi, parfois, certaines situations tragiques peuvent émerger.
De nombreux élèves de Super 8 étaient présents en ligne pour assister à cette remise des prix en distanciel. Prenant la parole, au nom de ses camarades, Cassandre a décrit les différentes étapes du projet tout en insistant que la plus belle des victoires était la sensibilisation du public sur ces questions de sexisme.




Média



Le court-métrage primé au concours Buzzons contre le Sexisme



Interview de Béatric Bompas



Remise des prix virtuelle




Contact

Site(s) web




Sandrine Charavy

pour école de la confiance